Comment prier Marie?

Lorsque l’on parle de prière, vient la question de la prière adressée à la Vierge Marie. Peut-on prier la Sainte Vierge si l’objet de la prière est Dieu? Oui! Parce que Marie ne remplace pas Jésus, elle nous aide à aller vers lui. Un enfant n’est-il pas mieux sur les genoux de sa Maman pour lire un livre, que par terre sur un carrelage dur et froid? Il en est de même pour notre vie spirituelle : nous sommes mieux sur les genoux de la Vierge Marie pour regarder Dieu que livrés par terre à nos seules petites capacités.

Nous avons consacré une méditation dans notre école de prière sur la Vierge Marie et la prière (jour 18). Pour approfondir, voici la vidéo de la conférence que nous avons donnée à Notre-Dame du Laus, où la Sainte Vierge est apparue pendant 54 ans. A partir des apparitions de Fatima en 1917 et de l’enseignement de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, nous présentons plusieurs dévotions à la Vierge Marie (chapelet, rosaire, communion des cinq premiers samedis, consécration à Jésus par Marie) et nous expliquons pourquoi nous passons par Marie pour mieux prier Dieu.

Une seconde conférence en vidéo sur la question : « Que nous dit Marie de Jésus? Les cinq vérités mariales » est disponible ici.

Fatima et la consécration à Jésus par Marie

Ci-dessous les citations utilisées dans la conférence :

« Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre sainte miséricorde » (Marie à Fatima)

« le salut du monde ayant commencé par l’Ave Maria, le salut de chacun en particulier était attaché à cette prière; que c’est cette prière qui a fait porter à la terre sèche et stérile le fruit de vie, et que c’est cette même prière, bien dite, qui doit faire germer en nos âmes la parole de Dieu et porter le fruit de vie, Jésus-Christ; que l’Ave Maria est une rosée céleste qui arrose la terre » (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Traité de la Vraie Dévotion n°249)

«  – Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Afin de les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si vous faites ce que je vous dis, beaucoup d’âmes seront sauvées et vous aurez la paix. La guerre va se terminer. Mais, si on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI, il en commencera une autre, pire encore [ce sera la 2nde guerre mondiale].
         Lorsque vous verrez une nuit éclairée par une lumière inconnue [aurore boréale de la nuit du 25 au 26 janvier 1938], sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et de persécutions contre l’Église et le Saint-Père.
         Afin de l’empêcher, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé [13 juin 1929] et la Communion réparatrice des premiers samedis [10 décembre 1925-13 juin 1927].Si l’on répond à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix. Sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties.
         A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix. Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi » (Marie à Fatima, 13 juillet 1917)

« Vois, ma fille, mon cœur entouré d’épines que les hommes ingrats y enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, au moins, tâche de me consoler et dis qu’à tous ceux qui pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la Sainte Communion, réciteront un chapelet, et passeront quinze minutes avec moi en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme » (Marie à Lucie le 10 décembre 1925)

« Ma fille, écrit ce qu’on te demande ; et tout ce que t’a révélé la Très Sainte Vierge dans l’apparition ou elle a parlé de cette dévotion, écrit-le aussi. […] »
« Jésus veut se servir de toi pour Me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut, ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner Son trône » (17 décembre 1927, Jésus puis Marie à Lucie)

« CONSÉCRATION DE SOI-MÊME À JÉSUS-CHRIST LA SAGESSE INCARNÉE PAR LES MAINS DE MARIE
Moi, N…, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd’hui, entre vos mains, les vœux de mon Baptême :
Je renonce pour jamais à Satan, à ses pompes et à ses œuvres,
Et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici.
Je vous choisis aujourd’hui, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et [ma Reine]. Je vous livre et consacre, en [toute soumission et amour], mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité. » (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

« Si donc nous établissons la solide dévotion de la Très Sainte Vierge, ce n’est que pour établir plus parfaitement celle de Jésus-Christ, ce n’est que pour donner un moyen aisé et assuré pour trouver Jésus-Christ. Si la dévotion à la Sainte Vierge éloignait de Jésus-Christ, il faudrait la rejeter comme une illusion du diable; mais tant s’en faut qu’au contraire, comme j’ai déjà fait voir et ferai voir encore ci-après: cette dévotion ne nous est nécessaire que pour trouver Jésus-Christ parfaitement et l’aimer tendrement et le servir fidèlement. » (Traité de la Vraie Dévotion n°62)

Vatican II, Lumen Gentium n°62 : « Aucune créature en effet ne peut jamais être mise sur le même pied que le Verbe incarné et rédempteur. Mais tout comme le sacerdoce du Christ est participé sous des formes diverses, tant par les ministres que par le peuple fidèle, et tout comme l’unique bonté de Dieu se répand réellement sous des formes diverses dans les créatures, ainsi l’unique médiation du Rédempteur n’exclut pas, mais suscite au contraire une coopération variée de la part des créatures, en dépendance de l’unique source».
« C’est pourquoi la bienheureuse Vierge est invoquée dans l’Eglise sous les titres d’avocate, d’auxiliatrice, de secourable, de médiatrice. »

« Vous ne pensez jamais à Marie, que Marie, en votre place, ne pense à Dieu; vous ne louez ni n’honorez jamais Marie, que Marie avec vous ne loue et n’honore Dieu. Marie est toute relative à Dieu, et je l’appellerais fort bien la relation de Dieu, qui n’est que par rapport à Dieu, ou l’écho de Dieu, qui ne dit et ne répète que Dieu. Si vous dites Marie, elle dit Dieu. Sainte Elisabeth loua Marie et l’appela bienheureuse de ce qu’elle avait cru; Marie, l’écho fidèle de Dieu, entonna : « Magnificat anima mea Dominum: Mon âme glorifie le Seigneur ». Ce que Marie a fait en cette occasion, elle le fait tous les jours ; quand on la loue, [qu’]on l’aime, [qu’]on l’honore ou [qu’]on lui donne, Dieu est loué, Dieu est aimé, Dieu est honoré, on donne à Dieu par Marie et en Marie. » (Vraie Dévotion n°225)

« Toute notre perfection consistant à être conformes, unis et consacrés à Jésus-Christ, la plus parfaite de toutes les dévotions est sans difficulté celle qui nous conforme, unit et consacre le plus parfaitement à Jésus-Christ. Or, Marie étant la plus conforme à Jésus-Christ de toutes les créatures, il s’ensuit que, de toutes les dévotions, celle qui consacre et conforme le plus une âme à Notre-Seigneur, est la dévotion à la Très Sainte Vierge, sa sainte Mère, et que plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus-Christ.
C’est pourquoi la parfaite consécration à Jésus-Christ n’est autre chose qu’une parfaite et entière consécration de soi-même à la Très Sainte Vierge, qui est la dévotion que j’enseigne; ou autrement une parfaite rénovation des vœux et promesses du saint baptême. » (Vraie Dévotion n°120)